UFC-Que Choisir du Pays de Redon

Droits, Législation

Impôts Tout comprendre de l’année fiscale blanche

Impôts

Impôts Tout comprendre de l’année fiscale blanche

Tout comprendre de l’année fiscale blanche

Publié le : 03/05/2018 
L’entrée en vigueur du prélèvement à la source de l’impôt a été officiellement reportée au 1er janvier 2019. Conséquence, l’année fiscale blanche est, elle aussi, décalée d’un an. La plupart des revenus que vous encaisserez en 2018 ne seront pas imposés en 2019. En revanche, ceux que vous avez perçus en 2017 seront imposés normalement en 2018.

Vos revenus 2018

Les revenus que vous percevrez à partir de janvier 2019 seront imposés en temps réel, au fur et à mesure de leur encaissement, et non plus l’année suivante comme c’est le cas aujourd’hui. Ils seront soumis à une retenue à la source ou à un acompte d’impôt calculé à un taux forfaitaire, déterminé par le fisc en fonction de votre situation fiscale passée. Les prélèvements payés mois après mois seront régularisés l’année suivante, lors du calcul définitif de votre impôt par le fisc.

L’année blanche

En principe, l’an prochain, vous devrez également payer les impôts dus sur vos revenus perçus en 2018. Toutefois, pour éviter que vous soyez doublement imposé, les revenus que vous percevrez cette année ne seront pas taxés. En pratique, le fisc calculera vos impôts normalement en 2019, à partir de la déclaration des revenus 2018 que vous remplirez au printemps 2019, mais il vous accordera un crédit d’impôt exceptionnel qui permettra de les effacer. Par ailleurs, il vous remboursera fin 2019 les réductions d’impôt liées à vos dons aux œuvres, frais de garde d’enfants ou investissement Pinel payés cette année.

Les revenus « exceptionnels »

Attention, seuls les impôts liés à vos revenus ordinaires de 2018 seront effacés. En revanche, vous devrez payer fin 2019 ceux liés à vos revenus de 2018 considérés comme exceptionnels par le fisc (bonus non contractuel, part imposable des indemnités de rupture de contrat, participation et intéressement non placés, bénéfices professionnels excédentaires, etc.). Vous devrez également payer les impôts liés à vos revenus de 2018 non concernés par le prélèvement à la source (revenus financiers et plus-values).

Vos revenus 2017

L’année blanche étant reportée, vos revenus perçus en 2017 vont être imposés normalement en 2018. Les règles de calcul sont inchangées, la décote et la baisse d’impôt de 20 % accordées aux foyers aux revenus modestes sont reconduites, le plafonnement du quotient familial et des avantages fiscaux des plus riches également. Les tranches du barème de l’impôt et les différents montants servant à son calcul sont revalorisés uniformément de 1 %.

Principale nouveauté, l’obligation de remplir sa déclaration de revenus par Internet est étendue à tous les foyers dont le revenu fiscal de 2016 dépasse 15 000 € (sauf pour les ménages non connectés et ceux qui ne sont pas capables d’utiliser le service de la déclaration en ligne). Par ailleurs, l’obligation de payer ses impôts (acomptes et solde) par Internet ou par prélèvement à l’échéance est étendue cette année à tous ceux dont le montant à régler dépasse 1 000 €. Le non-respect de cette obligation vous expose à une pénalité de 0,2 %.

Bon à savoir. Pour inciter les contribuables à faire certaines dépenses en 2018 et éviter qu’ils les reportent en 2019, des mesures « anti-optimisation » sont prévues. Elles concernent les travaux engagés dans les biens loués et l’épargne retraite.

Olivier Puren