UFC-Que Choisir du Pays de Redon

Alimentation, Santé

Laits infantiles contaminés à la salmonelle

Laits infantiles contaminés à la salmonelle Les réponses à vos questions

Laits infantiles contaminés à la salmonelle

Les réponses à vos questions

C’est une affaire de lait qui fait tache d’huile. En 10 jours, pas moins de 26 jeunes enfants nourris au lait infantile ont contracté la salmonellose. Après une première alerte le 2 décembre, concernant 12 lots de laits infantiles produits par le site Lactalis de Craon, en Mayenne, ce sont finalement plus de 620 lots issus de cette même usine que le gouvernement rappelle en raison d’un risque de contamination par les salmonelles. L’usine, fermée depuis le 10 décembre par arrêté préfectoral, doit subir une décontamination renforcée avant d’espérer rouvrir. Quels sont les symptômes d’une salmonellose, que faire si vous possédez un lait potentiellement contaminé… ? Que Choisir fait le point.

Mise à jour du 21 décembre 2017

Lactalis vient d’annoncer le retrait de 720 lots supplémentaires de laits infantiles et autres produits pour risque de contamination à la salmonelle, deux semaines après une première annonce de retrait de 625 lots (voir ci-dessous). L’entreprise, qui précise savoir désormais qu’une contamination dispersée s’est installée dans l’usine de Craon suite à des travaux réalisés pendant le premier semestre 2017, demande de procéder au retrait immédiat de la totalité des lots de :

  • Laits et céréales infantiles de marque Picot
  • Laits et céréales infantiles de marque Milumel
  • Produits de marque Taranis

Mise à jour du 18 décembre 2017
Saisie par des consommateurs inquiets, l’UFC-Que Choisir va déposer plainte pour tromperie auprès du procureur de la République de Paris à l’encontre de la société Lactalis afin que toute la lumière soit faite sur les circonstances entourant la contamination de laits infantiles à la salmonelle et l’absence de détection de cette contamination.

D’où provient la contamination ?

Le site industriel du groupe LNS à Craon, en Mayenne, propriété du leader mondial des produits laitiers Lactalis, est pointé du doigt par les autorités. Suite à la survenue d’un nombre inhabituel d’infections à la salmonelle chez des nourrissons, les services de contrôles sanitaires français ont identifié et confirmé le lien de ces contaminations avec la consommation de produits de nutrition infantile issus de ses chaînes de production. Selon le porte-parole de Lactalis, Michel Nallet, la contamination serait survenue sur l’une des deux tours de séchage de l’usine de Craon dans la période du 1er au 6 mai. « Mais il est trop tôt pour avoir la preuve exacte de cette hypothèse. En application du principe de précaution, les autorités ont décidé d’arrêter toutes les commercialisations et de faire un rappel global des produits sur la tour numéro 1. Nous avons décidé d’arrêter nos deux tours, même celle qui n’est pas incriminée, et toutes nos installations de conditionnement. Nous allons procéder à des contrôles complémentaires et à un nettoyage complet renforcé afin de nous assurer que le site de Craon, lors de sa remise en route, puisse fabriquer normalement des produits pour les bébés. »

De son côté, le directeur général de la Santé, Benoît Vallet, a indiqué à l’AFP qu’en août et en novembre, des « prélèvements internes au site de Craon » s’étaient avérés « positifs aux salmonelles ». Lactalis précise que ces prélèvements ont été effectués non pas sur les laits mais sur du petit matériel de nettoyage et les carrelages et assure n’avoir eu connaissance de cette information que la semaine dernière.

Le professeur Christophe Dupont, pédiatre et chef du service d’explorations digestives de l’hôpital Necker à Paris, rappelle que « la salmonelle est une bactérie présente partout dans l’environnement. La difficulté est de se prémunir efficacement d’une contamination à la source car il suffit par exemple que le lait d’une traite soit infecté pour contaminer des milliers de lots différents, d’énormes quantités de laits différents étant mélangées au cours de leur transformation ». On notera que des laits végétaux, à base de riz, ont également été contaminés au sein de l’usine.

Quels laits infantiles sont concernés ?

Plus de 620 lots potentiellement contaminés, dont une quarantaine pour la France, ont été retirés du marché. Il s’agit de laits vendus sous les marques Picot, Celia, Milumel ou Carrefour. Figurent également sur la liste des produits destinés à l’Algérie, au Royaume-Uni, au Liban ou encore à la Chine.

Le retrait concerne une large gamme de laits premier âge (0 à 6 mois), deuxième âge (6 à 12 mois) et de croissance (1 à 3 ans) avec ou sans lactose, à base de protéines de riz ou sans huile de palme. Certains sont disponibles uniquement en pharmacie, d’autres en grande surface.

La liste des lots concernés est disponible sur le site du ministère de la Santé. 5 lots supplémentaires, vendu en pharmacie, sont signalés par l’ordre national des pharmaciens (en jaune fluo dans la liste ci-jointe).Lire la suitehttps://www.quechoisir.org/actualite-laits-infantiles-contamines-a-la-salmonelle-les-reponses-a-vos-questions-n49352/

 

Marie-Noëlle Delaby

Contacter l’auteur(e)

Même catégorie